Portfolio

 

Articles récents

Les reliefs d’un habitat. La ville est de Kôm Abou Billou

L’un des intérêts du site archéologique de Kôm Abou Billou, c’est la richesse et la diversité de ses formes d’occupation. Sanctuaire, nécropoles et habitats forment un paysage urbain complet et complexe.

Occupant toute la partie est du site, coupée du reste de ce dernier par un canal moderne, s’étend une vaste zone (plus d’une quinzaine d’hectares) d’habitats et d’activités, d’époque romaine et byzantine. Certaines structures y sont conservées sur plusieurs mètres de hauteur.

Comme souvent en Égypte, ce type de site a été peu réoccupé pendant les phases historiques récentes mais a fait l’objet d’une exploitation intense. Riches en matières organiques, ils ont permis l’extraction du sebbakh, un fertilisant pour l’agriculture.

Les sebbakhins (exploitants de sebbakh) ont récupéré la terre de remblai au milieu des structures, terre issue de l’occupation humaine et de la dégradation des murs de briques de terre crue. Ils se sont attaqués aux constructions elles-mêmes (une partie du site a désormais une très faible élévation voire a complètement disparu).

Cette exploitation a laissé un paysage archéologique particulier. Des murs, encore massifs mais aux formes très arrondies, se perdent sous une concentration voire une accumulation impressionnante de fragments de céramiques, présents en masse dans les dépôts archéologiques mais non récupérés par les sebbakhins.

Les photographies satellite (fig. 1) laissent apparaître clairement des structures, des alignements, une forme de plan.

fig. 1 – Vue aérienne de la zone (source Bing Maps)

Un relevé permettrait une lecture et une meilleure compréhension des vestiges.

Difficile, en revanche, d’effectuer un levé topographique ‘classique’ (via la prise de points) dans la mesure où il n’existe plus de lignes droites ou d’angles ; les murs ont fondu en partie et ressemblent à des ‘montres molles’.

Le recours à la photogrammétrie nous a paru être la meilleure solution pour aborder l’étude de cet espace.

Elle permet de disposer d’un modèle 3D des structures et d’exporter des orthoimages (vue, aérienne dans notre cas, verticale, exempte de déformation – pas de point focal – où chaque pixel correspond à une dimension précise sur le terrain), tous deux géoréférencés (positionnés dans l’espace via des points disposant de coordonnées dans un système donné).

Le modèle 3D permet, entre autres, un rendu altimétrique permettant de restituer le contour des structures.

Pour cela, il faut disposer d’une couverture aérienne de la zone, d’un outil permettant de calculer les coordonnées des points de référence au sol (GPS/GNSS ou station totale, TPS) et d’un logiciel de photogrammétrie.

Les prises de vue aérienne peuvent être produites par des appareils photos embarqués sur des drones ou des cerfs-volants. Il nous est, hélas, interdit, en Égypte, d’utiliser ce type de technique…

Les prises de vue doivent donc être effectuées du sol, à la perche (la plus haute possible, jusqu’à six mètres), ce qui alourdit considérablement la tache (pénibilité, temps de travail, multiplication des prises de vues…) et réduit donc l’étendue des surfaces couvertes.

Un secteur particulièrement bien conservé et déjà relativement lisible a été délimité au centre de la zone.

La végétation y est faible (petits buissons épineux appelés communément chouks) mais pas inexistante. Sa présence trouble les enregistrements en créant des volumes, non anthropiques, donc non pertinents qui déforment ou masquent les structures et reliefs archéologiques. Il a fallu l’éliminer physiquement sur le terrain.

Des repères numérotés ont été posés (des étiquettes avec une croix et un chiffre, bien lisible, fixés au sol) et relevés à la station totale. Les coordonnées en système local ont été converties dans un système de référence (UTM 36N).

Deux mille trois cent photos ont été prises, le plus à la verticale possible, en prenant appui, pour gagner de la hauteur, sur les structures elles-mêmes (surface couverte : 5000 m2 env.).

Elles ont été importées dans un logiciel de photogrammétrie. L’une des étapes importantes a consisté à associer aux repères visibles sur les photos les coordonnées qui leur correspondaient.

Un modèle 3D a ainsi pu être produit. Le modèle a permis la création d’une orthoimage aérienne (fig. 2).

fig. 2 – Kôm Abou Billou, ville est. Orthoimage

Pour mettre en évidence le ‘plan’ à partir de cette image, deux techniques ont ensuite été utilisées.

L’une, manuelle et ‘empirique’, consiste à dessiner à main levée les contours visibles des structures, sur SIG, à partir de l’orthoimage, de la connaissance du site et des photos de terrain (fig. 3). Elle présente des avantages (choix dans la prise en compte des reliefs, murs versus tas de déblais anciens) mais comporte des limites (lisibilité de l’image, subjectivité et approximation du tracé).

fig. 3 – Structures relevées manuellement sur l’orthoimage

L’autre tire profit du modèle 3D. Celui-ci permet l’export de lignes (vecteurs) représentant des courbes de niveau. Des ‘nettoyages’ et corrections sur ces tracés ont pu être alors possibles (élimination des volumes intrusifs ou non significatifs : végétation, véhicules, objets volumineux divers).

Un modèle numérique de terrain (MNT, raster) a ensuite été produit, auquel est appliqué un rendu colorimétrique de l’altimétrie (fig. 4).

fig. 4 – Structures relevées par photogrammétrie

Les reliefs sont exhaustivement traités, quelle que soit leur nature. Cela permet de percevoir des formes peu visibles (car très déformées ou érodées) sur le terrain ou sur l’orthoimage mais caractéristiques et utiles à la lecture du plan.

C’est le traitement et l’ajustement de cette visualisation qui permettra, sans nul doute, d’avancer dans la lecture du plan de cet îlot, de ce ‘quartier’.

Évidemment, l’enregistrement photogrammétrique doit être étendu à toute la ville est lors de prochaines missions.

Parallèlement, des fouilles ciblées ont été conduites au sol (par Julie Marchand et Joachim Le Bomin) et seront également poursuivies dans les années à venir.

Ainsi, grâce à ces deux points d’observation (analyse aérienne et fouille au sol), la connaissance de ce riche secteur pourra progresser et, avec elle, la compréhension de tout le site de Kôm Abou Billou.

 

Texte et images (c) Alexandre Rabot (HiSoMA UMR 5189), 26/08/2019

  1. Colloque LRCW 7 Commentaires fermés sur Colloque LRCW 7
  2. Seminar – Chapel Hill University Commentaires fermés sur Seminar – Chapel Hill University
  3. Nouvelles fouilles dans la ville romaine et byzantine Commentaires fermés sur Nouvelles fouilles dans la ville romaine et byzantine
  4. Vient de paraître – LRCW 5 Commentaires fermés sur Vient de paraître – LRCW 5
  5. Vœux pour 2018 Commentaires fermés sur Vœux pour 2018
  6. Colloque – Les marges occidentales de l’Égypte de l’Antiquité au Moyen Âge Commentaires fermés sur Colloque – Les marges occidentales de l’Égypte de l’Antiquité au Moyen Âge
  7. Séminaire – « Frontières, marges et aires culturelles » Commentaires fermés sur Séminaire – « Frontières, marges et aires culturelles »
  8. Une figurine du dieu Anubis Commentaires fermés sur Une figurine du dieu Anubis
  9. Vient de paraître – Children, Death and Burial : Archaeological Discourses Commentaires fermés sur Vient de paraître – Children, Death and Burial : Archaeological Discourses
  10. Une lampe à huile romaine Commentaires fermés sur Une lampe à huile romaine
  11. Le film de la saison 2015 ! Commentaires fermés sur Le film de la saison 2015 !
  12. Journées nationales de l’archéologie 2017 Commentaires fermés sur Journées nationales de l’archéologie 2017
  13. Colloque – Late Roman Coarse Ware 6 (la preuve en image) Commentaires fermés sur Colloque – Late Roman Coarse Ware 6 (la preuve en image)
  14. Bilan des journées d’étude sur l’archéologie islamique en Égypte Commentaires fermés sur Bilan des journées d’étude sur l’archéologie islamique en Égypte