Séminaire – « Frontières, marges et aires culturelles »

Dans le cadre du séminaire de recherche du laboratoire Archéorient de la MOM de Lyon, Sylvain Dhennin interviendra jeudi 21 septembre sur le thème de « La Maréotide et l’ouest du Delta du Nil : une « frontière libyenne » pour l’Égypte? ».

Le séminaire se tiendra salle S. Reinach, entre 14h et 16h. Le programme complet de la thématique « Frontières, marges et aires culturelles » est disponible ici.

Une figurine du dieu Anubis

Lors de la campagne de fouille de 2015 à Kôm Abou Billou, dans le secteur de la nécropole romaine, de nombreux fragments de figurines de terre cuite ont été mis au jour à proximité immédiate des tombes. Parmi celles-ci figurait la tête d’un petit canidé humanisé, représentant le dieu Anubis et dont la qualité a retenu notre attention.

Il mesure 5 cm de large et de haut, puisque seule la tête a été bien préservée. Elle a été réalisée par moulage, comme l’indique une observation attentive. Des traces de doigts sont encore présentes à l’intérieur de la tête, notamment au niveau du museau. Les deux moitiés de la statuette ont été assemblées à la barbotine (selon le même principe que les lampes, que nous avons déjà exposé ici). En témoigne le petit bourrelet ou surplus de pâte, à l’intérieur, sur les faces latérales du sommet de la tête.

Photographies de la tête d’Anubis © Mission Abou Billou / Th. Nicq, Halma UMR 8167, Université de Lille SHS

Il en résulte une figurine de bonne qualité, qui présente de nombreux détails : canines apparentes entre les mâchoires, truffe de l’animal bien dessinée, de même que ses yeux et les bouclettes de son collier de poils. Entièrement engobé de blanc, comme l’était sa crinière, le museau a été peint en rose et les détails sont rehaussés de noirs, les yeux et les sourcils en particulier.

Les figurines sont nombreuses au sein de la nécropole où elles étaient déposées dans les tombes mêmes ou à proximité de celles-ci. La découverte de cet Anubis témoigne de l’importance que conservait ce gardien des nécropoles à l’époque romaine. Il fait partie des divinités les plus représentées dans le matériel funéraire de Térénouthis-Kôm Abou Billou : on le trouve majoritairement figuré sur les stèles funéraires, accompagnant les défunts.

Stèle funéraire TS.2225, présentant un chien allongé à proximité du défunt. © Musée égyptien du Caire

D’après son contexte de découverte, cette figurine peut être rapprochée des productions datées entre le IIe et le IVe siècle de notre ère. Déposée pour un défunt, elle était associée à des lampes de terre cuite, des monnaies, des céramiques et souvent quelques bijoux (bracelets, bagues, boucles d’oreilles) en or, en argent ou en verre. L’équipement funéraire du défunt ainsi constitué avait une fonction apotropaïque et protectrice, renforcée également par les rites que rendaient les vivants devant les tombes.

 

Texte © Julie Marchand et Sylvain Dhennin

Vient de paraître – Children, Death and Burial : Archaeological Discourses

E. Murphy et M. Le Roy (éd.), Children, Death and Burial: Archaeological Discourses, Archaeology of Childhood 5, Oxbow Books, 2017.

Cet ouvrage édité par l’anthropologue de la mission de Kôm Abou Billou, Mélie Le Roy, offre un panorama d’études récentes mettant l’accent sur l’archéologie funéraire et les inhumations juvéniles. Tout en présentant différentes approches méthodologiques, les 16 articles qu’il contient concernent un vaste espace géographique et différentes époques chronologiques. Ce sont donc quelques clés pour la compréhension des enfants dans les sociétés étudiées qui sont données ici.

Children, Death and Burials assembles a panorama of studies with a focus on juvenile burials; the 16 papers have a wide geographic and temporal breadth and represent a range of methodological approaches. All have a similar objective in mind, however, namely to understand how children were treated in death by different cultures in the past; to gain insights concerning the roles of children of different ages in their respective societies and to find evidence of the nature of past adult–child relationships and interactions across the life course. The contextualisation and integration of the data collected, both in the field and in the laboratory, enables more nuanced understandings to be gained in relation to the experiences of the young in the past. A broad range of issues are addressed within the volume, including the inclusion/exclusion of children in particular burial environments and the impact of age in relation to the place of children in society. Child burials clearly embody identity and ‘the domestic child’, ‘the vulnerable child’, ‘the high status child’, ‘the cherished child’, ‘the potential child’, ‘the ritual child’ and the ‘political child’, and combinations thereof, are evident throughout the narratives. Investigation of the burial practices afforded to children is pivotal to enlightenment in relation to key facets of past life, including the emotional responses shown towards children during life and in death, as well as an understanding of their place within the social strata and ritual activities of their societies.

Plus d’informations et le sommaire de cet ouvrage ici.

Une lampe à huile romaine

Durant notre dernière campagne de fouille dans la nécropole de Kôm Abou Billou, cette lampe à huile a été découverte posée au bord d’une tombe, placée à l’intérieur d’un petit vase de céramique. Elle se situait juste à l’un des angles de la façade de la tombe, laissée en place par les dernières personnes venues rendre hommage au défunt.

Lampe à huile en terre cuite (type Loeschcke VIII), milieu IIe-milieu IIIe siècle © mission Kôm Abou Billou

Cette lampe appartient à une série bien connue (type Loeschcke VIII). Elle est fabriquée en argile du Nil, engobée de rouge, et est  moulée en deux parties, inférieure et supérieure, qui ont été collées à la barbotine, un mélange d’argile et d’eau. Une petite anse a ensuite été collée à l’arrière. Le médaillon de la partie supérieure peut représenter des motifs figurés ou non : ici, il s’agit d’une Vénus anadyomène, c’est-à-dire « surgie des eaux ». Elle est représentée debout sur fond de conque, les mains redressant sa chevelure. D’après la Théogonie du poète grec Hésiode, elle serait née de l’écume de la mer, après que les organes génitaux du titan Ouranos aient été jetés à l’eau par son fils Cronos. C’est le récit mythologique le plus connu aujourd’hui qui relate la naissance de cette déesse. Elle apparaît ainsi nue, sortant qu’un coquillage.

Le petit trou qui servait au remplissage de l’huile, d’habitude placé au centre de la lampe, a ici été décalé légèrement, à côté des pieds de la déesse, pour éviter de rompre le motif. Le thème de l’Aphrodite/Vénus anadyomène est fréquent sur les lampes à huile de cette époque, et d’autres exemplaires sont connus, notamment dans les musées. Ainsi, le British Museum (Londres) possède un exemplaire du même type (inv. EA 48537), provenant du Delta occidental. Le Kelsey Museum (Ann Arbor) possède un exemplaire de la même série, mis au jour à Kôm Abou Billou également, lors des fouilles d’E. Peterson en 1935 (inv. KM 22303).

L’objet peut être daté entre le milieu du IIe et le milieu du IIIe siècle (cf. Bailey 1988, cat. Q 2036-2044 EA). Sous le pied de la lampe, une petite marque faite avant cuisson, ressemblant à une petite palme, fait sans doute référence à un atelier ou à une officine de potiers. La présence de suie sur le bord du trou de la mèche indique que cette lampe a été utilisée, probablement lorsqu’elle a été déposée dans la nécropole lors des rites funéraires. Ceux-ci se déroulaient au cours de fêtes dédiées aux morts et lors de diverses occasions où la famille venait déposer des offrandes, faire brûler des parfums ou de l’encens et encore allumer ces petites lampes pour les défunts.

Texte © Julie Marchand

Journées d’étude – Bilan et perspectives de l’archéologie islamique en Égypte

Marie-Odile Rousset (Archéorient, CNRS) et Nicolas Michel (Ifao) organisent du 2 au 4 mai des journées d’étude sur l’archéologie islamique en Égypte. À cette occasion, Julie Marchand présentera les problématiques mais aussi les différentes actions que la mission a développées autour de cette période dans une communication intitulée « La ville tardive de Kôm Abou Billou, les ateliers de production d’amphores et de céramique commune, le site d’Abou Billou el-Agûz ».

Plus d’information et le programme de ces journées ici

Colloque – Late Roman Coarse Ware 6

À l’occasion du prochain colloque Late Roman Coarse Ware, Cooking Ware and Amphorae in the Mediterranean, Archaeology and Archaeometry (LRCW 6) qui se tiendra à Agrigente du 24 au 28 mai prochain, Joachim Le Bomin, Aude Simony et Julie Marchand présenteront une communication intitulée « Long and Middle distance trade in the Western Delta (Egypt)  during Late Antiquity: the Taposiris Magna and Kom Abu Billu examples ».

Un poster consacré aux récentes découvertes du site de Taposiris Magna, et notamment aux pots de saqia, sera présenté par Joachim et Julie lors de la dernière session.

Plus d’information sur le colloque et le programme ici.

Séminaire – Épigraphie

Le prochain séminaire d’épigraphie du laboratoire HiSoMA aura lieu le mardi 14 mars à 17h à la Maison de l’Orient et de la Méditerranée, 4e étage, salle Reinach (accès par le 86 rue Pasteur 69007 Lyon) : Sylvain Dhennin et Jillian Akharraz, avec la participation de Jean-Baptiste Yon, interviendront sur « Kôm Abou Billou : la documentation épigraphique égyptienne et grecque ».

Pour plus d’information, voir le programme du séminaire

Séminaire – Céramologie

La prochaine séance du séminaire de céramologie du laboratoire ArAr (UMR 5138, Maison de l’Orient et de le Méditerranée) aura lieu le jeudi 16 février 2017, à 14h. Elle comportera une intervention de Julie Marchand (Post-doctorante, laboratoire HiSoMA, UMR 5189) sur « La production amphorique égyptienne entre le 7e et le 9e siècle : ruptures et continuités ». Le séminaire se tient à Lyon, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, 4e étage, salle Reinach (accès par le 86 rue Pasteur 69007 Lyon).

Pour plus d’informations, voir le site internet du laboratoire ArAr

marchand_affiche6

Séminaire – La relation des Égyptiens à leur monde

La cinquième séance du séminaire de l’axe C du laboratoire HiSoMA La relation des Égyptiens à leur monde aura lieu le vendredi 27 janvier 2017 (15h-17h30). Elle portera sur les Espaces religieux, avec une présentation de S. Dhennin intitulée L’usage de la géographie dans les rituels d’époque tardive : l’exemple du « Rituel de Mefky ». Le séminaire se tient à Lyon, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, 4e étage, salle Reinach (accès par le 86 rue Pasteur 69007 Lyon).

Pour plus d’informations, voir le programme du séminaire et la présentation détaillée.

seminaireaxecsd27012017