Les reliefs d’un habitat. La ville est de Kôm Abou Billou

L’un des intérêts du site archéologique de Kôm Abou Billou, c’est la richesse et la diversité de ses formes d’occupation. Sanctuaire, nécropoles et habitats forment un paysage urbain complet et complexe.

Occupant toute la partie est du site, coupée du reste de ce dernier par un canal moderne, s’étend une vaste zone (plus d’une quinzaine d’hectares) d’habitats et d’activités, d’époque romaine et byzantine. Certaines structures y sont conservées sur plusieurs mètres de hauteur.

Comme souvent en Égypte, ce type de site a été peu réoccupé pendant les phases historiques récentes mais a fait l’objet d’une exploitation intense. Riches en matières organiques, ils ont permis l’extraction du sebbakh, un fertilisant pour l’agriculture.

Les sebbakhins (exploitants de sebbakh) ont récupéré la terre de remblai au milieu des structures, terre issue de l’occupation humaine et de la dégradation des murs de briques de terre crue. Ils se sont attaqués aux constructions elles-mêmes (une partie du site a désormais une très faible élévation voire a complètement disparu).

Cette exploitation a laissé un paysage archéologique particulier. Des murs, encore massifs mais aux formes très arrondies, se perdent sous une concentration voire une accumulation impressionnante de fragments de céramiques, présents en masse dans les dépôts archéologiques mais non récupérés par les sebbakhins.

Les photographies satellite (fig. 1) laissent apparaître clairement des structures, des alignements, une forme de plan.

fig. 1 – Vue aérienne de la zone (source Bing Maps)

Un relevé permettrait une lecture et une meilleure compréhension des vestiges.

Difficile, en revanche, d’effectuer un levé topographique ‘classique’ (via la prise de points) dans la mesure où il n’existe plus de lignes droites ou d’angles ; les murs ont fondu en partie et ressemblent à des ‘montres molles’.

Le recours à la photogrammétrie nous a paru être la meilleure solution pour aborder l’étude de cet espace.

Elle permet de disposer d’un modèle 3D des structures et d’exporter des orthoimages (vue, aérienne dans notre cas, verticale, exempte de déformation – pas de point focal – où chaque pixel correspond à une dimension précise sur le terrain), tous deux géoréférencés (positionnés dans l’espace via des points disposant de coordonnées dans un système donné).

Le modèle 3D permet, entre autres, un rendu altimétrique permettant de restituer le contour des structures.

Pour cela, il faut disposer d’une couverture aérienne de la zone, d’un outil permettant de calculer les coordonnées des points de référence au sol (GPS/GNSS ou station totale, TPS) et d’un logiciel de photogrammétrie.

Les prises de vue aérienne peuvent être produites par des appareils photos embarqués sur des drones ou des cerfs-volants. Il nous est, hélas, interdit, en Égypte, d’utiliser ce type de technique…

Les prises de vue doivent donc être effectuées du sol, à la perche (la plus haute possible, jusqu’à six mètres), ce qui alourdit considérablement la tache (pénibilité, temps de travail, multiplication des prises de vues…) et réduit donc l’étendue des surfaces couvertes.

Un secteur particulièrement bien conservé et déjà relativement lisible a été délimité au centre de la zone.

La végétation y est faible (petits buissons épineux appelés communément chouks) mais pas inexistante. Sa présence trouble les enregistrements en créant des volumes, non anthropiques, donc non pertinents qui déforment ou masquent les structures et reliefs archéologiques. Il a fallu l’éliminer physiquement sur le terrain.

Des repères numérotés ont été posés (des étiquettes avec une croix et un chiffre, bien lisible, fixés au sol) et relevés à la station totale. Les coordonnées en système local ont été converties dans un système de référence (UTM 36N).

Deux mille trois cent photos ont été prises, le plus à la verticale possible, en prenant appui, pour gagner de la hauteur, sur les structures elles-mêmes (surface couverte : 5000 m2 env.).

Elles ont été importées dans un logiciel de photogrammétrie. L’une des étapes importantes a consisté à associer aux repères visibles sur les photos les coordonnées qui leur correspondaient.

Un modèle 3D a ainsi pu être produit. Le modèle a permis la création d’une orthoimage aérienne (fig. 2).

fig. 2 – Kôm Abou Billou, ville est. Orthoimage

Pour mettre en évidence le ‘plan’ à partir de cette image, deux techniques ont ensuite été utilisées.

L’une, manuelle et ‘empirique’, consiste à dessiner à main levée les contours visibles des structures, sur SIG, à partir de l’orthoimage, de la connaissance du site et des photos de terrain (fig. 3). Elle présente des avantages (choix dans la prise en compte des reliefs, murs versus tas de déblais anciens) mais comporte des limites (lisibilité de l’image, subjectivité et approximation du tracé).

fig. 3 – Structures relevées manuellement sur l’orthoimage

L’autre tire profit du modèle 3D. Celui-ci permet l’export de lignes (vecteurs) représentant des courbes de niveau. Des ‘nettoyages’ et corrections sur ces tracés ont pu être alors possibles (élimination des volumes intrusifs ou non significatifs : végétation, véhicules, objets volumineux divers).

Un modèle numérique de terrain (MNT, raster) a ensuite été produit, auquel est appliqué un rendu colorimétrique de l’altimétrie (fig. 4).

fig. 4 – Structures relevées par photogrammétrie

Les reliefs sont exhaustivement traités, quelle que soit leur nature. Cela permet de percevoir des formes peu visibles (car très déformées ou érodées) sur le terrain ou sur l’orthoimage mais caractéristiques et utiles à la lecture du plan.

C’est le traitement et l’ajustement de cette visualisation qui permettra, sans nul doute, d’avancer dans la lecture du plan de cet îlot, de ce ‘quartier’.

Évidemment, l’enregistrement photogrammétrique doit être étendu à toute la ville est lors de prochaines missions.

Parallèlement, des fouilles ciblées ont été conduites au sol (par Julie Marchand et Joachim Le Bomin) et seront également poursuivies dans les années à venir.

Ainsi, grâce à ces deux points d’observation (analyse aérienne et fouille au sol), la connaissance de ce riche secteur pourra progresser et, avec elle, la compréhension de tout le site de Kôm Abou Billou.

 

Texte et images (c) Alexandre Rabot (HiSoMA UMR 5189), 26/08/2019

Colloque LRCW 7

A l’occasion de la 7e édition du colloque Late Roman Coarse Ware (LRCW) qui se déroulera à Valence (Espagne) entre le 15 et le 19 octobre, Julie Marchand présentera une communication intitulée “Des mortiers de la région de Kom Abou Billou (Égypte)”:  elle portera sur la production locale de ces conteneurs domestiques.

 

plus d’information sur l’événement ici

Seminar – Chapel Hill University

Invitée par Jennifer Gates-Foster, Julie Marchand interviendra le 24 août au Department of Classics de l’Unviersité de Chapel Hill pour présenter les travaux de la mission française de Kôm Abou Billou.

Invited by Jennifer Gates-Foster, Julie Marchand will present on August 24th the works of the French archaeological mission of Kom Abu Billu at the Department of Classics in Chapel Hill University.

Nouvelles fouilles dans la ville romaine et byzantine

Durant la campagne 2017, l’équipe est intervenue, pour la première fois dans l’histoire des fouilles de Kôm Abou Billou, dans la ville « est », appelée aussi ville « byzantine ».

Les bains, lors du premier jour des dégagements (J. Le Bomin © mission Kôm Abou Billou)

Sur le kôm le plus haut situé au nord du site, Joachim Le Bomin et Julie Marchand ont commencé une étude sur des bains byzantins (fig 1). Le bâtiment, très arasé, présente plusieurs bassins couverts d’enduits hydraulique. L’importante quantité de pots de sāqia trouvés dans les assemblages associés suggère la présence d’une mêchanê. Cette machinerie (fig. 2) consiste en une roue dentée montée sur un axe vertical et connectée à deux autres rues verticales dont une supportant une ligne de pots servant à monter l’eau d’un puits. Le tout était mis en mouvement par un animal. De telles associations, sāqia et complexe balnéaire, sont connues ailleurs en Égypte, spécialement dans la région du lac Mariout, comme à Marea, à Abou Mina ou encore à Taposiris.

Le mécanisme d’une sāqia (d’après D. Rathbone)

Les pots de sāqia sont de facture locale : en effet, les prospections menées en 2015 avaient permis de localiser un dépotoir céramique au sein duquel ces formes étaient présentes en nombre, à côté d’amphores de type LRA 5/6.  En pâte alluviale, ces pots (fig 3) ont une lèvre en relief et un fond en large bouton permettant d’accrocher les vases à la guirlande grâce à une corde.

Un pot de sāqia utilisé pour les bains et produit à Kôm Abou Billou (J. Marchand © mission Kôm Abou Billou)

Le complexe balnéaire est assez endommagé, mais les premiers résultats de la fouille et des études matérielles placent sa construction dans le courant du Ve siècle. Son abandon remonterait au courant du VIIe siècle. Les campagnes à venir devraient préciser ces datations et permettre de mieux comprendre le plan du bâtiment.

Plus généralement, les actions archéologiques dans cette partie de la ville tardive ont plusieurs buts. Il s’agit d’une part d’établir une chronologie relative entre les différents secteurs de la ville (entre le temple  et la nécropole par exemple) et aussi de mieux appréhender le déplacement de la ville, entre l’habitat romain, celui byzantin et le village d’Abou Billou el-Agûz. Le matériel étudié permet aussi de mettre en lumière des habitudes domestiques, comme les pratiques alimentaires à travers l’étude de la vaisselle culinaire, mais aussi d’identifier les réseaux commerciaux auxquels appartenait Kôm Abou Billou, ainsi que les régions avec laquelle elle échangeait le plus. Dans ces derniers cas, l’étude des amphores vinaires est un parfait exemple puisque la pâte des céramiques, ainsi que leur forme permettent d’identifier les productions égyptiennes des régions proches mais aussi les conteneurs importés de diverses régions méditerranéennes.

Texte J. Marchand

Vient de paraître – LRCW 5

Vient de paraître le nouveau volume des actes du colloque LRCW 5 (Late Roman Coarse Wares, Cooking Wares and Amphorae in the Mediterranean. Archaeology and Archaeometry) qui s’est tenu à Alexandrie en 2014.

Aude Simony et Julie Machand y présentent les découvertes des premières campagnes de Kôm Abou Billou et la prospection de la zone d’atelier céramique, en particulier des amphores. Cet article fait le point sur les productions de l’atelier et sur la position de la ville, carrefour commercial entre Babylone-Fustat, Alexandrie et le Ouadi Natroun.

Au sommaire également de cet ouvrage en deux tomes des considérations méthodologiques et des articles relevant de la Méditerranée occidentale (Portugal, Espagne, France, Italie, Tunisie, Croatie), de l’Europe orientale et la mer Noire et la Méditerranée orientale (Grèce, Turquie, Syrie, Égypte). Ce dernier pays, au cœur de notre discipline, est largement documenté à travers des sujets traitant de la production et de la consommation dans le Delta et son apex, la Moyenne Vallée, la Haute Égypte et l’Oasis de Dakhla.

J. Marchand et A. Simony, « Nouvelles recherches sur le site de Kôm Abou Billou (Delta occidental). La céraique de la période byzantine et du début de l’époque islamique », in D. Dixneuf (éd.), LRCW 5, Late Roman Coarse Wares, Cooking Wares and Amphorae in the Mediterranean. Archaeological and Archaeometry, Alexandria (Egypt), April 6th-10th 2014, Études Alexandrines 43/2, Le Caire, 2017, p. 909-929.

Vœux pour 2018

Chers collègues, chers amis, chers lecteurs,

A l’occasion de cette nouvelle année, toute l’équipe de Kôm Abou Billou vous souhaite ses meilleurs vœux.

Colloque – Les marges occidentales de l’Égypte de l’Antiquité au Moyen Âge

M.-F. Boussac, S. Dhennin, B. Redon, C. Somaglino, G. Tallet, A. Zouache, en collaboration avec G. Tallet, ont organisé un colloque international intitulé « Les marges occidentales de l’Égypte de l’Antiquité au Moyen Âge », qui s’est tenu à l’Institut Français d’Égypte (IFE), au Caire, les 2 et 3 décembre 2017. À cette occasion, Sylvain Dhennin est intervenu  sur le thème de « La religiosité des confins occidentaux du Delta jusqu’à l’époque gréco-romaine ». Le programme complet de cette rencontre est disponible ici.

Séminaire – « Frontières, marges et aires culturelles »

Dans le cadre du séminaire de recherche du laboratoire Archéorient de la MOM de Lyon, Sylvain Dhennin interviendra jeudi 21 septembre sur le thème de « La Maréotide et l’ouest du Delta du Nil : une « frontière libyenne » pour l’Égypte? ».

Le séminaire se tiendra salle S. Reinach, entre 14h et 16h. Le programme complet de la thématique « Frontières, marges et aires culturelles » est disponible ici.

Une figurine du dieu Anubis

Lors de la campagne de fouille de 2015 à Kôm Abou Billou, dans le secteur de la nécropole romaine, de nombreux fragments de figurines de terre cuite ont été mis au jour à proximité immédiate des tombes. Parmi celles-ci figurait la tête d’un petit canidé humanisé, représentant le dieu Anubis et dont la qualité a retenu notre attention.

Il mesure 5 cm de large et de haut, puisque seule la tête a été bien préservée. Elle a été réalisée par moulage, comme l’indique une observation attentive. Des traces de doigts sont encore présentes à l’intérieur de la tête, notamment au niveau du museau. Les deux moitiés de la statuette ont été assemblées à la barbotine (selon le même principe que les lampes, que nous avons déjà exposé ici). En témoigne le petit bourrelet ou surplus de pâte, à l’intérieur, sur les faces latérales du sommet de la tête.

Photographies de la tête d’Anubis © Mission Abou Billou / Th. Nicq, Halma UMR 8167, Université de Lille SHS

Il en résulte une figurine de bonne qualité, qui présente de nombreux détails : canines apparentes entre les mâchoires, truffe de l’animal bien dessinée, de même que ses yeux et les bouclettes de son collier de poils. Entièrement engobé de blanc, comme l’était sa crinière, le museau a été peint en rose et les détails sont rehaussés de noirs, les yeux et les sourcils en particulier.

Les figurines sont nombreuses au sein de la nécropole où elles étaient déposées dans les tombes mêmes ou à proximité de celles-ci. La découverte de cet Anubis témoigne de l’importance que conservait ce gardien des nécropoles à l’époque romaine. Il fait partie des divinités les plus représentées dans le matériel funéraire de Térénouthis-Kôm Abou Billou : on le trouve majoritairement figuré sur les stèles funéraires, accompagnant les défunts.

Stèle funéraire TS.2225, présentant un chien allongé à proximité du défunt. © Musée égyptien du Caire

D’après son contexte de découverte, cette figurine peut être rapprochée des productions datées entre le IIe et le IVe siècle de notre ère. Déposée pour un défunt, elle était associée à des lampes de terre cuite, des monnaies, des céramiques et souvent quelques bijoux (bracelets, bagues, boucles d’oreilles) en or, en argent ou en verre. L’équipement funéraire du défunt ainsi constitué avait une fonction apotropaïque et protectrice, renforcée également par les rites que rendaient les vivants devant les tombes.

 

Texte © Julie Marchand et Sylvain Dhennin

Vient de paraître – Children, Death and Burial : Archaeological Discourses

E. Murphy et M. Le Roy (éd.), Children, Death and Burial: Archaeological Discourses, Archaeology of Childhood 5, Oxbow Books, 2017.

Cet ouvrage édité par l’anthropologue de la mission de Kôm Abou Billou, Mélie Le Roy, offre un panorama d’études récentes mettant l’accent sur l’archéologie funéraire et les inhumations juvéniles. Tout en présentant différentes approches méthodologiques, les 16 articles qu’il contient concernent un vaste espace géographique et différentes époques chronologiques. Ce sont donc quelques clés pour la compréhension des enfants dans les sociétés étudiées qui sont données ici.

Children, Death and Burials assembles a panorama of studies with a focus on juvenile burials; the 16 papers have a wide geographic and temporal breadth and represent a range of methodological approaches. All have a similar objective in mind, however, namely to understand how children were treated in death by different cultures in the past; to gain insights concerning the roles of children of different ages in their respective societies and to find evidence of the nature of past adult–child relationships and interactions across the life course. The contextualisation and integration of the data collected, both in the field and in the laboratory, enables more nuanced understandings to be gained in relation to the experiences of the young in the past. A broad range of issues are addressed within the volume, including the inclusion/exclusion of children in particular burial environments and the impact of age in relation to the place of children in society. Child burials clearly embody identity and ‘the domestic child’, ‘the vulnerable child’, ‘the high status child’, ‘the cherished child’, ‘the potential child’, ‘the ritual child’ and the ‘political child’, and combinations thereof, are evident throughout the narratives. Investigation of the burial practices afforded to children is pivotal to enlightenment in relation to key facets of past life, including the emotional responses shown towards children during life and in death, as well as an understanding of their place within the social strata and ritual activities of their societies.

Plus d’informations et le sommaire de cet ouvrage ici.

Une lampe à huile romaine

Durant notre dernière campagne de fouille dans la nécropole de Kôm Abou Billou, cette lampe à huile a été découverte posée au bord d’une tombe, placée à l’intérieur d’un petit vase de céramique. Elle se situait juste à l’un des angles de la façade de la tombe, laissée en place par les dernières personnes venues rendre hommage au défunt.

Lampe à huile en terre cuite (type Loeschcke VIII), milieu IIe-milieu IIIe siècle © mission Kôm Abou Billou

Cette lampe appartient à une série bien connue (type Loeschcke VIII). Elle est fabriquée en argile du Nil, engobée de rouge, et est  moulée en deux parties, inférieure et supérieure, qui ont été collées à la barbotine, un mélange d’argile et d’eau. Une petite anse a ensuite été collée à l’arrière. Le médaillon de la partie supérieure peut représenter des motifs figurés ou non : ici, il s’agit d’une Vénus anadyomène, c’est-à-dire « surgie des eaux ». Elle est représentée debout sur fond de conque, les mains redressant sa chevelure. D’après la Théogonie du poète grec Hésiode, elle serait née de l’écume de la mer, après que les organes génitaux du titan Ouranos aient été jetés à l’eau par son fils Cronos. C’est le récit mythologique le plus connu aujourd’hui qui relate la naissance de cette déesse. Elle apparaît ainsi nue, sortant qu’un coquillage.

Le petit trou qui servait au remplissage de l’huile, d’habitude placé au centre de la lampe, a ici été décalé légèrement, à côté des pieds de la déesse, pour éviter de rompre le motif. Le thème de l’Aphrodite/Vénus anadyomène est fréquent sur les lampes à huile de cette époque, et d’autres exemplaires sont connus, notamment dans les musées. Ainsi, le British Museum (Londres) possède un exemplaire du même type (inv. EA 48537), provenant du Delta occidental. Le Kelsey Museum (Ann Arbor) possède un exemplaire de la même série, mis au jour à Kôm Abou Billou également, lors des fouilles d’E. Peterson en 1935 (inv. KM 22303).

L’objet peut être daté entre le milieu du IIe et le milieu du IIIe siècle (cf. Bailey 1988, cat. Q 2036-2044 EA). Sous le pied de la lampe, une petite marque faite avant cuisson, ressemblant à une petite palme, fait sans doute référence à un atelier ou à une officine de potiers. La présence de suie sur le bord du trou de la mèche indique que cette lampe a été utilisée, probablement lorsqu’elle a été déposée dans la nécropole lors des rites funéraires. Ceux-ci se déroulaient au cours de fêtes dédiées aux morts et lors de diverses occasions où la famille venait déposer des offrandes, faire brûler des parfums ou de l’encens et encore allumer ces petites lampes pour les défunts.

Texte © Julie Marchand