Mefkat et Térénouthis

Dans l’Antiquité, le site de Kôm Abou Billou a abrité successivement la Mefkat pharaonique puis la Térénouthis gréco-romaine. Le nom Abou Billou est porté sur les cartes anciennes, comme la carte de P. Jacotin (1818), et mentionné par plusieurs voyageurs au cours du XVIIIe siècle (notamment C.S. Sonnini). Pascal Coste, qui s’est installé à Tarrana en 1817 pour y construire une salpêtrière au nom de Méhémet Ali, a visité le site et y a dessiné plusieurs chapiteaux et fragments d’entablement corinthien, ainsi que quelques vues du village. En dépit de cet intérêt ancien et de son bel état de conservation, le site est resté largement ignoré et négligé.

Vue générale vers le sanctuaire et la "tombe du Prince"

Vue générale vers le sanctuaire et la « tombe du Prince »

Mefkat

Le passé pharaonique de Kôm Abou Billou est attesté de manière certaine, mais très mal connu. On sait que le site abritait une nécropole, représentée selon ses anciens fouilleurs par des inhumations d’Ancien Empire, Moyen Empire, Nouvel Empire et Basse Époque. Les inhumations se faisaient, semble-t-il, dans de petites tombes de brique crue, parfois dans des cercueils en céramique ou en bois, sans que l’on puisse en déterminer la chronologie précise. De quoi attester l’existence d’une nécropole sans être pour autant capable de mieux en caractériser le plan, les modes d’inhumation ou les pratiques funéraires qui y étaient associées. De l’établissement urbain que cette nécropole devait accompagner, nous n’avions, jusqu’en 2015, aucune trace ; ni de sa taille ni de son emplacement. Néanmoins, la découverte par Fr. Ll. Griffith en 1888 des blocs du temple ptolémaïque d’Hathor de Mefkat à Kôm Abou Billou, vraisemblablement sur leur lieu d’origine, indiquait que le site était tout proche, ce qui a été confirmé par nos premières fouilles. Le matériel épigraphe découvert in situ ne permet pas de savoir quel nom portait l’établissement aux périodes les plus anciennes. Il ne fait plus de doute en revanche qu’il faut, à partir de la Troisième Période intermédiaire, lui associer celui de Mefkat, connu par les inscriptions des objets originellement placés dans le temple.

Ces objets (stèles, statues, fragments de naos, etc.) permettent de restituer assez précisément le contexte religieux de la ville pharaonique. Ils nous font connaître les prêtres qui officiaient dans les différentes chapelles du temple, les divinités qui y étaient adorées (principalement une triade composée d’Hathor, Osiris et Harsomtous) et le déroulement de certains des rituels.

Térénouthis

Si tout au long de l’époque pharaonique Mefkat joue le rôle d’un centre politique d’importance secondaire, l’époque gréco-romaine voit le site prendre son essor. Le passage toponymique de Mefkat à Térénouthis demeure obscur. Le nom Mefkat, issu directement de celui du sanctuaire local, a continué à être employé jusqu’à la fin de l’époque romaine dans les inscriptions géographiques des temples et les textes religieux.

La ville de Térénouthis, depuis le sud-est

La ville de Térénouthis, depuis le sud-est

À partir du Ier siècle de notre ère, on remarque un autre toponyme dans la documentation papyrologique en grec : Térénouthis, dans le nome Prosôpite (P.Bas. 18, P.Gen. I2, 29, etc.). Il désigne vraisemblablement une zone proche, héritière de Mefkat, sans aucun lien linguistique possible entre les deux noms. S’il apparaît au début de l’époque impériale dans la documentation, le nom Térénouthis est certainement plus ancien. Il s’agit à l’évidence de la transcription en grec d’un toponyme égyptien, que la documentation pharaonique n’a pas conservé. Il faut donc considérer que Mefkat et le correspondant pharaonique de Térénouthis ont été en usage en même temps, le premier étant le nom du sanctuaire qui a fini par désigner la ville entière par métonymie, le second étant la survivance en grec d’un toponyme plus ancien, peut-être de nature administrative.

C’est ce dernier toponyme qui a survécu. La documentation militaire latine l’a transcrit Thenenuti (Not. Dign. XXVIII, 24) tandis que les documents coptes en ont fait Terenout, qui après la conquête s’est transmis en arabe sous différentes formes aboutissant au nom de l’actuel village d’Al-Tarrana, voisin de Kôm Abou Billou.

La fortune de Térénouthis semble avoir été liée principalement au développement de l’exploitation des nitrières du delta occidental, et tout particulièrement du Ouadi Natroun. Une piste, qui reliait directement la ville aux lieux de production, figure sur la carte de P. Jacotin et existait encore au début du XXe siècle, exploitée par la compagnie Salt & Soda. L’hypothèse a été émise que le natron produit au Ouadi Natroun était transporté jusqu’à Térénouthis, où il était mis en jarre avant d’être exporté. Térénouthis a probablement bénéficié aussi de sa proximité avec la branche Canopique du Nil, qui coulait juste à l’est et permettait de rejoindre la métropole du nome Prosôpite, Nikiou ; de là, il était aisé de descendre le fleuve jusqu’à Alexandrie.

La prospérité de la ville apparaît également dans les restes architecturaux qui occupent toute la partie orientale du site actuel. Construite majoritairement en brique crue et organisée selon un plan orthonormé dont les rues sont encore en partie visibles, Térénouthis a comporté quelques bâtiments d’importance, comme un édifice impérial d’ordre corinthien qu’attestent encore nombre de blocs sur le site, ou une église byzantine dont subsistent plusieurs colonnes et chapiteaux de granite rose. Les traces archéologiques les plus récentes d’activité sur le site de Kôm Abou Billou remontent au XIIe siècle de notre ère. Aucune structure de cette époque n’a pu être repérée pour le moment, mais la céramique fatimide abonde dans une zone à quelques centaines de mètres au sud du site principal, séparée de celui-ci par des plantations de mandariniers et connue aujourd’hui sous le nom d’Abou Billou el-agûz.

Fragments de céramiques glaçurées provenant d’Abou Billou el-agûz