La ville et les structures visibles

La ville de Térénouthis est connue par les papyrus romains à partir du IIe siècle de notre ère. Ces textes écrits en grec dépeignent une ville prospère, dans laquelle l’artisanat et l’économie jouaient un rôle important. De manière générale, les papyrus documentaires apportent des indications précises sur les localités du Delta. L’on apprend ainsi que Térénouthis se situait dans le nome Prosôpite, et qu’elle se trouvait à l’ouest de la branche Canopique du Nil, mais aussi à l’est d’une route désertique menant à Alexandrie et placée sous la garde de policiers montés sur des chameaux.

Sur le site de Kôm Abou Billou, du côté est du canal El-Nasseri s’étend un espace urbain de 17 hectares, composé de bâtiments en briques crues, formant les reste de cette ville de Térénouthis. Les rues s’y croisent à angle droit et l’exceptionnel état de conservation des bâtiments permet de saisir la réalité d’une ville antique.

Une rue de Térénouthis, envahie par la végétation

La fouille de cette zone sera donc à même de nous apporter des informations nouvelles sur les modes de vie des habitants de Térénouthis : agencement des maisons, distribution des pièces, confort… En effet, peu de villes égyptiennes sont bien connues et les exemples les mieux documentés ne sont pas comparables.

kab-ville-est

Détail d’une image réalisée par cerf-volant: l’habitat de la ville romano-byzantine est régulier © Thomas Nicq, Halma, UMR 8164/mission Kôm Abou Billou

Quelques éléments nous indiquent d’emblée l’importance que devait revêtir le lieu. En plus de sa taille, aujourd’hui largement réduite par l’extension des cultures, la ville possédait des bâtiments publics, indiquant l’intérêt du pouvoir impérial romain. L’archéologie a quant à elle livré de beaux blocs de marbre appartenant à un édifice public décoré d’un ordre corinthien, des bustes en marbre de citoyens romains et aujourd’hui encore, les fragments de colonne en marbre ou en granite sont nombreux en surface.

Térénouthis a bénéficié d’une situation stratégique pour son développement. Elle se trouvait en effet au débouché d’une piste qui menait au Ouadi Natroun, l’un des lieux d’exploitation  du natron.

natron

Natron formé en surface du sol dans les environs du lac du Ouadi Natroun

Ce produit était notamment employé pour la dessiccation des momies, c’est-à-dire l’assèchement des corps lors de la première phase de la momification. Il se rencontrait aussi dans différentes recettes médicinales et servait de base comme détergent pour les blanchisseurs. À l’époque romaine, il est abondamment utilisé dans la production du verre. Ces différentes opérations, fort répandues et dont certaines sont fort anciennes dans la civilisation égyptienne, sont des preuves de l’attention que les Anciens ont dû porter à ce produit et, donc, à son extraction et à sa commercialisation.

sans-titre4

Extrait de la « Carte géographique de l’Égypte et des pays environnans » de Pierre Jacotin , publiée à Paris en 1818

Le natron produit au Ouadi Natroun arrivait donc directement à Térénouthis, où il était certainement mis en amphore, pour assurer son transport à plus grande échelle. D’ailleurs, de petites amphores globulaires ont été produites sur place en très grande quantité.

lra-56

Late Roman Amphora  5/6

Il reste de nombreux points d’interrogation quant au développement et à l’évolution de la ville. Les vestiges actuels représentent la phase la plus tardive de son occupation, avec des secteurs d’époque romaine, d’époque byzantine et d’autres de l’époque médiévale, jusqu’au XIIe siècle de notre ère. L’exploration du sous-sol permettra, dans les prochaines années, de remonter le fil de la chronologie, de mettre au jour la ville plus ancienne et de comprendre son organisation interne aux différentes périodes.

Lire la suite : Les ateliers de potiers: productions et rejets