Seminar – Chapel Hill University

Invitée par Jennifer Gates-Foster, Julie Marchand interviendra le 24 août au Department of Classics de l’Unviersité de Chapel Hill pour présenter les travaux de la mission française de Kôm Abou Billou.

Invited by Jennifer Gates-Foster, Julie Marchand will present on August 24th the works of the French archaeological mission of Kom Abu Billu at the Department of Classics in Chapel Hill University.

Nouvelles fouilles dans la ville romaine et byzantine

Durant la campagne 2017, l’équipe est intervenue, pour la première fois dans l’histoire des fouilles de Kôm Abou Billou, dans la ville « est », appelée aussi ville « byzantine ».

Les bains, lors du premier jour des dégagements (J. Le Bomin © mission Kôm Abou Billou)

Sur le kôm le plus haut situé au nord du site, Joachim Le Bomin et Julie Marchand ont commencé une étude sur des bains byzantins (fig 1). Le bâtiment, très arasé, présente plusieurs bassins couverts d’enduits hydraulique. L’importante quantité de pots de sāqia trouvés dans les assemblages associés suggère la présence d’une mêchanê. Cette machinerie (fig. 2) consiste en une roue dentée montée sur un axe vertical et connectée à deux autres rues verticales dont une supportant une ligne de pots servant à monter l’eau d’un puits. Le tout était mis en mouvement par un animal. De telles associations, sāqia et complexe balnéaire, sont connues ailleurs en Égypte, spécialement dans la région du lac Mariout, comme à Marea, à Abou Mina ou encore à Taposiris.

Le mécanisme d’une sāqia (d’après D. Rathbone)

Les pots de sāqia sont de facture locale : en effet, les prospections menées en 2015 avaient permis de localiser un dépotoir céramique au sein duquel ces formes étaient présentes en nombre, à côté d’amphores de type LRA 5/6.  En pâte alluviale, ces pots (fig 3) ont une lèvre en relief et un fond en large bouton permettant d’accrocher les vases à la guirlande grâce à une corde.

Un pot de sāqia utilisé pour les bains et produit à Kôm Abou Billou (J. Marchand © mission Kôm Abou Billou)

Le complexe balnéaire est assez endommagé, mais les premiers résultats de la fouille et des études matérielles placent sa construction dans le courant du Ve siècle. Son abandon remonterait au courant du VIIe siècle. Les campagnes à venir devraient préciser ces datations et permettre de mieux comprendre le plan du bâtiment.

Plus généralement, les actions archéologiques dans cette partie de la ville tardive ont plusieurs buts. Il s’agit d’une part d’établir une chronologie relative entre les différents secteurs de la ville (entre le temple  et la nécropole par exemple) et aussi de mieux appréhender le déplacement de la ville, entre l’habitat romain, celui byzantin et le village d’Abou Billou el-Agûz. Le matériel étudié permet aussi de mettre en lumière des habitudes domestiques, comme les pratiques alimentaires à travers l’étude de la vaisselle culinaire, mais aussi d’identifier les réseaux commerciaux auxquels appartenait Kôm Abou Billou, ainsi que les régions avec laquelle elle échangeait le plus. Dans ces derniers cas, l’étude des amphores vinaires est un parfait exemple puisque la pâte des céramiques, ainsi que leur forme permettent d’identifier les productions égyptiennes des régions proches mais aussi les conteneurs importés de diverses régions méditerranéennes.

Texte J. Marchand

Une figurine du dieu Anubis

Lors de la campagne de fouille de 2015 à Kôm Abou Billou, dans le secteur de la nécropole romaine, de nombreux fragments de figurines de terre cuite ont été mis au jour à proximité immédiate des tombes. Parmi celles-ci figurait la tête d’un petit canidé humanisé, représentant le dieu Anubis et dont la qualité a retenu notre attention.

Il mesure 5 cm de large et de haut, puisque seule la tête a été bien préservée. Elle a été réalisée par moulage, comme l’indique une observation attentive. Des traces de doigts sont encore présentes à l’intérieur de la tête, notamment au niveau du museau. Les deux moitiés de la statuette ont été assemblées à la barbotine (selon le même principe que les lampes, que nous avons déjà exposé ici). En témoigne le petit bourrelet ou surplus de pâte, à l’intérieur, sur les faces latérales du sommet de la tête.

Photographies de la tête d’Anubis © Mission Abou Billou / Th. Nicq, Halma UMR 8167, Université de Lille SHS

Il en résulte une figurine de bonne qualité, qui présente de nombreux détails : canines apparentes entre les mâchoires, truffe de l’animal bien dessinée, de même que ses yeux et les bouclettes de son collier de poils. Entièrement engobé de blanc, comme l’était sa crinière, le museau a été peint en rose et les détails sont rehaussés de noirs, les yeux et les sourcils en particulier.

Les figurines sont nombreuses au sein de la nécropole où elles étaient déposées dans les tombes mêmes ou à proximité de celles-ci. La découverte de cet Anubis témoigne de l’importance que conservait ce gardien des nécropoles à l’époque romaine. Il fait partie des divinités les plus représentées dans le matériel funéraire de Térénouthis-Kôm Abou Billou : on le trouve majoritairement figuré sur les stèles funéraires, accompagnant les défunts.

Stèle funéraire TS.2225, présentant un chien allongé à proximité du défunt. © Musée égyptien du Caire

D’après son contexte de découverte, cette figurine peut être rapprochée des productions datées entre le IIe et le IVe siècle de notre ère. Déposée pour un défunt, elle était associée à des lampes de terre cuite, des monnaies, des céramiques et souvent quelques bijoux (bracelets, bagues, boucles d’oreilles) en or, en argent ou en verre. L’équipement funéraire du défunt ainsi constitué avait une fonction apotropaïque et protectrice, renforcée également par les rites que rendaient les vivants devant les tombes.

 

Texte © Julie Marchand et Sylvain Dhennin

Journées d’étude – Bilan et perspectives de l’archéologie islamique en Égypte

Marie-Odile Rousset (Archéorient, CNRS) et Nicolas Michel (Ifao) organisent du 2 au 4 mai des journées d’étude sur l’archéologie islamique en Égypte. À cette occasion, Julie Marchand présentera les problématiques mais aussi les différentes actions que la mission a développées autour de cette période dans une communication intitulée « La ville tardive de Kôm Abou Billou, les ateliers de production d’amphores et de céramique commune, le site d’Abou Billou el-Agûz ».

Plus d’information et le programme de ces journées ici

Séminaire – Céramologie

La prochaine séance du séminaire de céramologie du laboratoire ArAr (UMR 5138, Maison de l’Orient et de le Méditerranée) aura lieu le jeudi 16 février 2017, à 14h. Elle comportera une intervention de Julie Marchand (Post-doctorante, laboratoire HiSoMA, UMR 5189) sur « La production amphorique égyptienne entre le 7e et le 9e siècle : ruptures et continuités ». Le séminaire se tient à Lyon, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, 4e étage, salle Reinach (accès par le 86 rue Pasteur 69007 Lyon).

Pour plus d’informations, voir le site internet du laboratoire ArAr

marchand_affiche6