Nouvelles fouilles dans la ville romaine et byzantine

Durant la campagne 2017, l’équipe est intervenue, pour la première fois dans l’histoire des fouilles de Kôm Abou Billou, dans la ville « est », appelée aussi ville « byzantine ».

Les bains, lors du premier jour des dégagements (J. Le Bomin © mission Kôm Abou Billou)

Sur le kôm le plus haut situé au nord du site, Joachim Le Bomin et Julie Marchand ont commencé une étude sur des bains byzantins (fig 1). Le bâtiment, très arasé, présente plusieurs bassins couverts d’enduits hydraulique. L’importante quantité de pots de sāqia trouvés dans les assemblages associés suggère la présence d’une mêchanê. Cette machinerie (fig. 2) consiste en une roue dentée montée sur un axe vertical et connectée à deux autres rues verticales dont une supportant une ligne de pots servant à monter l’eau d’un puits. Le tout était mis en mouvement par un animal. De telles associations, sāqia et complexe balnéaire, sont connues ailleurs en Égypte, spécialement dans la région du lac Mariout, comme à Marea, à Abou Mina ou encore à Taposiris.

Le mécanisme d’une sāqia (d’après D. Rathbone)

Les pots de sāqia sont de facture locale : en effet, les prospections menées en 2015 avaient permis de localiser un dépotoir céramique au sein duquel ces formes étaient présentes en nombre, à côté d’amphores de type LRA 5/6.  En pâte alluviale, ces pots (fig 3) ont une lèvre en relief et un fond en large bouton permettant d’accrocher les vases à la guirlande grâce à une corde.

Un pot de sāqia utilisé pour les bains et produit à Kôm Abou Billou (J. Marchand © mission Kôm Abou Billou)

Le complexe balnéaire est assez endommagé, mais les premiers résultats de la fouille et des études matérielles placent sa construction dans le courant du Ve siècle. Son abandon remonterait au courant du VIIe siècle. Les campagnes à venir devraient préciser ces datations et permettre de mieux comprendre le plan du bâtiment.

Plus généralement, les actions archéologiques dans cette partie de la ville tardive ont plusieurs buts. Il s’agit d’une part d’établir une chronologie relative entre les différents secteurs de la ville (entre le temple  et la nécropole par exemple) et aussi de mieux appréhender le déplacement de la ville, entre l’habitat romain, celui byzantin et le village d’Abou Billou el-Agûz. Le matériel étudié permet aussi de mettre en lumière des habitudes domestiques, comme les pratiques alimentaires à travers l’étude de la vaisselle culinaire, mais aussi d’identifier les réseaux commerciaux auxquels appartenait Kôm Abou Billou, ainsi que les régions avec laquelle elle échangeait le plus. Dans ces derniers cas, l’étude des amphores vinaires est un parfait exemple puisque la pâte des céramiques, ainsi que leur forme permettent d’identifier les productions égyptiennes des régions proches mais aussi les conteneurs importés de diverses régions méditerranéennes.

Texte J. Marchand



Citer ce billet
Sylvain Dhennin (2018, 10 juin). Nouvelles fouilles dans la ville romaine et byzantine. Kôm Abou Billou. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ahbj