Une figurine du dieu Anubis

Lors de la campagne de fouille de 2015 à Kôm Abou Billou, dans le secteur de la nécropole romaine, de nombreux fragments de figurines de terre cuite ont été mis au jour à proximité immédiate des tombes. Parmi celles-ci figurait la tête d’un petit canidé humanisé, représentant le dieu Anubis et dont la qualité a retenu notre attention.

Il mesure 5 cm de large et de haut, puisque seule la tête a été bien préservée. Elle a été réalisée par moulage, comme l’indique une observation attentive. Des traces de doigts sont encore présentes à l’intérieur de la tête, notamment au niveau du museau. Les deux moitiés de la statuette ont été assemblées à la barbotine (selon le même principe que les lampes, que nous avons déjà exposé ici). En témoigne le petit bourrelet ou surplus de pâte, à l’intérieur, sur les faces latérales du sommet de la tête.

Photographies de la tête d’Anubis © Mission Abou Billou / Th. Nicq, Halma UMR 8167, Université de Lille SHS

Il en résulte une figurine de bonne qualité, qui présente de nombreux détails : canines apparentes entre les mâchoires, truffe de l’animal bien dessinée, de même que ses yeux et les bouclettes de son collier de poils. Entièrement engobé de blanc, comme l’était sa crinière, le museau a été peint en rose et les détails sont rehaussés de noirs, les yeux et les sourcils en particulier.

Les figurines sont nombreuses au sein de la nécropole où elles étaient déposées dans les tombes mêmes ou à proximité de celles-ci. La découverte de cet Anubis témoigne de l’importance que conservait ce gardien des nécropoles à l’époque romaine. Il fait partie des divinités les plus représentées dans le matériel funéraire de Térénouthis-Kôm Abou Billou : on le trouve majoritairement figuré sur les stèles funéraires, accompagnant les défunts.

Stèle funéraire TS.2225, présentant un chien allongé à proximité du défunt. © Musée égyptien du Caire

D’après son contexte de découverte, cette figurine peut être rapprochée des productions datées entre le IIe et le IVe siècle de notre ère. Déposée pour un défunt, elle était associée à des lampes de terre cuite, des monnaies, des céramiques et souvent quelques bijoux (bracelets, bagues, boucles d’oreilles) en or, en argent ou en verre. L’équipement funéraire du défunt ainsi constitué avait une fonction apotropaïque et protectrice, renforcée également par les rites que rendaient les vivants devant les tombes.

 

Texte © Julie Marchand et Sylvain Dhennin



Citer ce billet
Sylvain Dhennin (2017, 25 août). Une figurine du dieu Anubis. Kôm Abou Billou. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ahbe