Une lampe à huile romaine

Durant notre dernière campagne de fouille dans la nécropole de Kôm Abou Billou, cette lampe à huile a été découverte posée au bord d’une tombe, placée à l’intérieur d’un petit vase de céramique. Elle se situait juste à l’un des angles de la façade de la tombe, laissée en place par les dernières personnes venues rendre hommage au défunt.

Lampe à huile en terre cuite (type Loeschcke VIII), milieu IIe-milieu IIIe siècle © mission Kôm Abou Billou

Cette lampe appartient à une série bien connue (type Loeschcke VIII). Elle est fabriquée en argile du Nil, engobée de rouge, et est  moulée en deux parties, inférieure et supérieure, qui ont été collées à la barbotine, un mélange d’argile et d’eau. Une petite anse a ensuite été collée à l’arrière. Le médaillon de la partie supérieure peut représenter des motifs figurés ou non : ici, il s’agit d’une Vénus anadyomène, c’est-à-dire « surgie des eaux ». Elle est représentée debout sur fond de conque, les mains redressant sa chevelure. D’après la Théogonie du poète grec Hésiode, elle serait née de l’écume de la mer, après que les organes génitaux du titan Ouranos aient été jetés à l’eau par son fils Cronos. C’est le récit mythologique le plus connu aujourd’hui qui relate la naissance de cette déesse. Elle apparaît ainsi nue, sortant qu’un coquillage.

Le petit trou qui servait au remplissage de l’huile, d’habitude placé au centre de la lampe, a ici été décalé légèrement, à côté des pieds de la déesse, pour éviter de rompre le motif. Le thème de l’Aphrodite/Vénus anadyomène est fréquent sur les lampes à huile de cette époque, et d’autres exemplaires sont connus, notamment dans les musées. Ainsi, le British Museum (Londres) possède un exemplaire du même type (inv. EA 48537), provenant du Delta occidental. Le Kelsey Museum (Ann Arbor) possède un exemplaire de la même série, mis au jour à Kôm Abou Billou également, lors des fouilles d’E. Peterson en 1935 (inv. KM 22303).

L’objet peut être daté entre le milieu du IIe et le milieu du IIIe siècle (cf. Bailey 1988, cat. Q 2036-2044 EA). Sous le pied de la lampe, une petite marque faite avant cuisson, ressemblant à une petite palme, fait sans doute référence à un atelier ou à une officine de potiers. La présence de suie sur le bord du trou de la mèche indique que cette lampe a été utilisée, probablement lorsqu’elle a été déposée dans la nécropole lors des rites funéraires. Ceux-ci se déroulaient au cours de fêtes dédiées aux morts et lors de diverses occasions où la famille venait déposer des offrandes, faire brûler des parfums ou de l’encens et encore allumer ces petites lampes pour les défunts.

Texte © Julie Marchand